4 avril 2022

Le conformisme est une bonne chose

Vous avez entendu parler de l’expérience de Asch. Un individu au sein d’un groupe se conformera aux autres en choisissant comme la plus petite, celle des trois lignes qu’ont désigné les autres au sein du groupe et ce malgré le fait qu’il sache son choix erroné.

De prime abord, ce conformisme peut sembler ridicule
Mais pourquoi l’Homme agit ainsi ? Se maintenir au
sein d’un groupe vaut-il de renier son propre jugement ?

L’instinct grégaire de l’homme est justifié par sa survie, parce que nous sommes plus forts ensemble. Vivre en communauté implique une adhésion au groupe sur un ensemble de valeurs et de règles nécessaires à la vie en commun. Sans ce conformisme il n’y aurait pas de société, tant chaque individu est particulier et unique.

L’homme aurait il « progressé » si tous les individus s’étaient toujours conformés à la pensée du groupe ? Les exemples de découvreurs luttant pour changer la norme de pensées ne manquent pas.

L’idéal ne réside donc pas dans le fait de se conformer ou non mais dans la conscientisation et la libre décision. Je choisis de me conformer au groupe parce que mon intérêt à appartenir à ce groupe est plus grand que la valeur que j’accorde au choix que je fais ou parce que je décide que l’intérêt du groupe prime sur le mien. Mais aussi, je choisis de ne pas me conformer au groupe parce que ce n’est ni de mon intérêt ni de celui du groupe.

La leçon est donc la suivante

« Conformez vous ou pas mais faites le en conscience »


1 avril 2022

Exercer son esprit critique publiquement est-il devenu risqué ?

 

 

 

Les enseignants Jocelyne Chassard, Andréas Pfeiffer, Cassandre Fristot, le médecin généraliste Benoît Ochs, l’avocate Virginie de Araujo Recchia, certaines personnes moins connues ou inconnues ont eu le courage d’émettre publiquement des critiques sur les décisions prises par nos dirigeants lors de la crise sanitaire.
Dénoncer haut et fort les mesures décidées par l’Etat (confinement, masques, passe sanitaire, interdiction de soigner les personnes ayant le virus) a entrainé des intimidations pour l’enseignant Andréas, une perquisition musclée à domicile et garde à vue de 60 heures pour Maître Virginie de Araujo Recchia, 6 mois de prison avec sursis pour Cassandre Fristot, interdiction d’exercer pendant 1 an pour le docteur Benoît Ochs,  convocation au tribunal correctionnel pour Jocelyne Chassard qui a lieu aujourd’hui même le 28 mars 2022.
Les débats d’idées, la pluralité des opinions et les mouvements sociaux sont pourtant le garant d’une société démocratique dynamique et en progrès.
Le sociologue Edgar Morin qui vient de publier son dernier  livre « Réveillons-nous » exprime, au cours d’un entretien sur France Culture* la phrase suivante : « (…) Moi, j'ai l'impression que nous subissons les événements un peu comme des somnambules(…)»
Nous pouvons donc souligner la bravoure et l’audace de ces individus qui osent s’exprimer, qui osent ne pas être passifs face aux évènements et qui nous tiennent bien éveillés en nous faisant réfléchir.
Car que souhaitons-nous être ? Somnanbules ou réveillés ?
Merci à eux pour leur courage et leurs actions.

*https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/histoire/guerre-en-ukraine-campagne-presidentielle-crise-climatique-le-regard-d-edgar-morin-sur-l-etat-du-monde_5044906.html


18 février 2022

Un mercredi de plus devant l'Inspection Académique de Metz

Un mercredi de plus devant l'Inspection Académique de Metz
Un mercredi de plus devant l'Inspection Académique de Metz

Les membres du Collectif P.I.I.C (Parents Indignés Inquiets et en Colère) étaient sur place à 14h00 Mercredi 16 Février devant le bâtiment de l'Inspection Académique rue Wilson à Metz. Un rendez-vous hebdomadaire depuis le 17 Novembre 2021.

Des parents réellement inquiets, indignés et en colère se rejoignent chaque mercredi : ils portent la voix des enfants, supportent la fatigue, la détresse et l'inquiétude de nombreux parents depuis des mois et tentent patiemment de créer l'esquisse d'un dialogue devant les murs d' un Rectorat sourd et imperméable aux revendications pourtant légitimes et compréhensibles.

Il faisait froid, il y avait du vent, le portail électrifié et verrouillé n'a pas bronché à l'arrivée du groupe uni et soudé constitué d'une quinzaine de membres.

Ils se sont installés sur les marches menant à l'entrée du bâtiment à défaut d'être reçus.

Le collectif P.I.I.C a su s'organiser au fil des semaines : il a dû passer outre l'affront de ne pouvoir rencontrer les fonctionnaires de l'Etat, ni son référent pour la Région Grand Est ; Monsieur HUARD.

Celui-ci avait pourtant reçu en mains propres par un huissier assermenté et un agent de police, une sommation interpellative le 24 Novembre 2021, puis une relance début Janvier 2022.

Il lui avait été demandé de répondre dans les 24 heures à une série de questions primordiales exigeant des réponses précises et éclairées quant à la gestion de cette crise dite sanitaire et aux mesures mises en place par le gouvernement français.

A l'heure actuelle, et sauf preuve du contraire, il n'y a pas répondu.

Rose, Jean Pierre, Kader, Névine, Nabila … chacun manifeste à sa manière (manifestation autorisée) sur un bout de trottoir avec bienveillance. Ils ont embarqué avec eux des tracts, banderoles informatives, une sono pour être entendus par les passants et peut-être par les membres de l'administration de l'Inspection Académique. Ils protestent publiquement contre des dérives qu'ils jugent sectaires, contre cette disproportion des mesures sanitaires, contre la dangerosité potentielle et inutile de ces injections avec AMM conditionnelle envers les enfants.

Il y eut un très émouvant moment. Un des piliers du groupe, Névine se saisit du micro pendant qu'une personne allume de petites bougies qui tremblent et s'éteignent régulièrement sous le vent  : hommage au Professeur Luc Montagnier disparu récemment. Jusqu'à ses derniers instants, il se sera battu avec foi et détermination pour la Vie et la Vérité. Sa grande conscience de l'éthique scientifique, sa personnalité et son talent maintes fois récompensés, l'auront encore conduit malgré son épuisement à se rendre en Italie pour des conférences et plus récemment le 12 Janvier dernier au Parlement Luxembourgeois afin d'alerter sur les dangers de la vaccination des enfants. Une minute de silence suivie par la lecture de certains passages écrits et oraux du Professeur Montagnier.

Une question tout naturellement est venue à l'esprit : pourquoi ce Collectif continue-t-il de venir chaque semaine devant les portes closes de l'administration de l'Education Nationale ?

Les réponses fusent comme celles de Rose maman et mamie :

- « pour nos enfants, pour qu'ils sachent qu'on les soutient et qu'on les protégera toujours!»

-« parce que nous sommes filmés et que chaque semaine grâce au Média Vécu tout est retransmis sur le net. Les vidéos sont visibles par tous. Tout est public et les traces sont là »

- « parce ce qu'on se rend compte que des personnes très compétentes telles le Professeur Raoult ou Montagnier sont discréditées au profit de médias diffusant des informations normées parfois caricaturales et inexactes »

- « pour dire que le public est manipulé et qu'il va falloir qu'il s'en rende compte »

- « pour dénoncer ces mesures sanitaires disproportionnées créant de graves inégalités, des clivages inadmissibles pour nos enfants au sein de l'école »

- «contre cette vaccination expérimentale et propagandiste utilisant le chantage, contre le port du masque à outrance au sein des établissements scolaires »

- « contre les pratiques douteuses de certains enseignants qui dépassent les consignes du protocole et créent une détresse parfois alarmiste pour nos enfants »

Il y a aussi Francis 55 ans, père d'une adolescente de 15 ans. Celle-ci nageuse émérite depuis ses cinq ans a vu ses compétences sportives fortement réduite par le port abusif du masque au collège jusqu'à en avoir des évanouissements et des vomissements. Elle a tout bonnement été intoxiquée par les composants chimiques du masque. Francis est présent les mercredis et samedis sur les pavés de Metz. Celui-ci a choisi l'humour et change ses tenues pour faire passer les messages. Il déclare : « Je suis le druide, je suis le Professeur Montagnier ou Raoult, je suis l'enfant pris en otage ... »

Il a d'ailleurs comme on le voit sur les photos, revêtu un costume de bébé orné de photos et phrases chocs. Les gens viennent plus facilement à lui, posent des questions, s'informent.

Jean-Pierre 71 ans n'est ni père ni grand-père mais il est présent chaque semaine. Gilet Jaune de la première heure il a aussi fait partie des manifestants de Mai 1968. Alors aide-pompiste et magasinier à la Station ANTAR et Reims PNEUS à Reims, il était payé à cette époque 93 centimes de Francs par heure. Pour pouvoir être dans la rue et être solidaire il avait accepté de perdre 4 heures de salaire par jour. Son père lui avait raconté les grandes mobilisations de 1936 pour une meilleure justice sociale et les acquis sociaux gagnés comme la 2ème semaine de congés payés.

Francis est là parce qu'il croit au bien fondé de sa présence active. Il ne comprend absolument pas l'absence actuelle de la jeunesse étudiante dans la rue.

- « Je suis vacciné 3 fois et je respecte tout le monde. Tous, ici, on renoue du lien, de la fraternité, sans aucun jugement ni discrimination ! »

Névine est maman de cinq enfants. Elle fait partie du Collectif PIIC depuis le début avec l 'espoir que toutes ces mesures liberticides soient abrogées définitivement. Elle souligne l'urgence de la situation psychologique des enfants. Elle fustige qu'ils ne puissent plus faire « école » dignement, déplore la perte de leur innocence et s’inquiète pour eux avec ces mots emplis d'humanité : « comment vont ils se construire psychologiquement ? Comment vont ils appréhender les problèmes et tracas dans leur vie ? On a beau être là et vouloir les protéger, tout n'est pas palpable. C'est l'inconnu »

Elle poursuit et nous en ferons notre conclusion :

« Nous nous entourons de personnes juridiques en nous appuyant sur les textes de lois français de notre Constitution et sur des Décrets Européens.

Nous agissons dans le respect des lois !

Nous sommes dans notre droit ! »


14 février 2022

Pour aller plus loin : convois ou ce que l'on en voit !

Les convois pour la Liberté sont en route, avec la ferme intention de mobiliser massivement pour redonner aux peuples leur pouvoir d’action. Le mouvement est jovial et motivé après un longue période plus passive. Qu’en sera-t-il du trajet retour ? S’opérera-t-il dans le même élan de solidarité et de confiance ?

 

Quand un mouvement international de masse se met en route pour répliquer au blocage des peuples de tous horizons par quelques décideurs concertés, cela envoie du lourd ! Même si les réseaux d’information historiques ne l’exposent qu’au compte-gouttes.

Que les médias, politiques ou encore préfets dénoncent aujourd’hui le risque de blocage qui pèse sur les pays participant au mouvement de contestation est un paradoxe qui prête à sourire, après les deux années de blocage imposées pour « raisons sanitaires ». Tel est pris qui croyait prendre ! Ou comment en Aïkido vaincre l’adversaire en retournant vers lui la force qu’il a déployée.

Les convois rassemblent et convergent en grossissant vers les centres névralgiques des portions de continents les plus atteints dans leurs droits. Il est émouvant de voir se constituer ces mouvements humains, portés par une élan de libération. Leur ampleur révèle l’étendue des foules se sentant concernées, bien au-delà des minorités marginales évoquées par la presse des têtes de gondoles. L’harmonie et la joie des cortèges affichent quant à elles l’union fraternelle des participants dans l’intention de retrouver leur souveraineté.

Souhaitons que ces défilés ne soient contrés par aucun obstacle brutal, ni aux prises d’influences conflictuelles. Un tel déplacement de foules représente en effet une cible exposée de choix. Les relais d’information informels nous le diront dans les jours prochains. Il s’agit, à n’en pas douter, d’un épisode historique, associé à un changement de conscience collective.

Cependant, on peut se demander pourquoi cet élan de solidarité se constitue dans la contestation revendicative tandis que le principal motif d’action, à savoir l’imposition du pass, aurait pu être inopérant du seul fait de sa non acceptation populaire ?

Les manifestants revendiquent la Liberté et luttent contre l’autorité, tandis que toutes les deux sont d’abord de notre propre ressort individuel. Une mesure autoritaire se voit sans effet dès lors qu’elle n’est pas appliquée. Si toutes les personnes qui se soulèvent aujourd’hui décidaient de ne plus se soumettre aux mesures imposées, celles-ci deviendraient vite caduques. Et il serait compliqué pour les forces de l’ordre de traquer tous les contrevenants. La peur du gendarme s’amenuisant, la contestation passive aurait pu faire un effet boule de neige.

Au lieu de cela, les peuples se sont laissés embarquer dans l’auto-application de mesures contrôlantes et limitantes. Les restaurateurs et cafetiers se sont dotés de la zapette de contrôle à l’entrée. Les associations culturelles et sportives ont désigné leur contrôleur de manifestation en lieu public. Nombre de familles ont couru faire injecter petits et grands, sur simple injonction, dans l’espoir d’être rassurées par un pass vert. Refuser solidairement dès le départ ces outils eut été un moyen efficace de préserver droits et Liberté.

Les peuples ont opté pour l’action en mouvement, concentrée et organisée. Les convois constitués sont regardés de toutes parts, autant par ceux qui les suivent avec ferveur à distance que par ceux qui sont visés par les revendications. Ces mouvements se déroulent dans un élan d’union, de fraternité, d’espoir et de joie. Qu’en sera-t-il du trajet retour ? L’ampleur, la durée et l’issue des convois sont à cette heure imprévisibles. Ils partent en visant la fin d’un épisode. Mais ce pourrait être le début d’une autre étape ?